+32 (2) 230.86.22 ucesm@ucesm.net

Du 6 au 10 mai 2019, quelque 850 supérieures générales se sont réunies à Rome sous le thème général «Semeuses d’espérance prophétique» pour l’Assemblée triennale de l’UISG, qui réunissait les responsables de congrégations venues de 80 pays représentant plus de 450.000 religieuses de par le monde.
La Vice-Présidente de l’UCESM, Sr. Danièle Faltz, et la Secrétaire Générale, Sr. Marjolein Bruinen, étaient présentes.
Le thème “Semer l’espérance pour la planète” est un exemple d’une initiative lancée par l’UISG depuis sa dernière assemblée en 2016. Le 6 mai, jour de l’ouverture de la plénière, Sr. Carmen Sammut, qui arrivait au terme de son second et dernier mandat de Présidente de l’UISG, et la secrétaire générale Sr. Pat Murray ont présenté un rapport commun sur les efforts de l’organisation depuis lors.
‘Les structures de pouvoir désignées ont généralement une plus grande influence sur ce qui se passe et ont souvent la voix la plus forte. L’UISG est une voix unificatrice pour les sœurs du monde entier. Grâce à cette campagne, nous avons la possibilité d’organiser la voix des sœurs dans les efforts déployés à plusieurs niveaux de structures afin de renforcer et de reconnaître notre contribution aux soins de notre foyer commun. Parmi toutes les crises que nous sommes appelées à vivre et à affronter dans l’espérance, il faut nommer dès le début de cette conférence celle qui touche notre cœur: la crise de notre Église. L’histoire jugera comment nous aurons réagi à cette crise. Un jour, les religieuses seront soit des complices, soit des prophètes, soit des victimes. Nous ne pouvons tout simplement pas rester assises en touche, surtout lorsque l’on nous met sur la touche! Les religieuses doivent être des femmes avec une vision: des voyantes d’espérance.
Notre héritage féministe a une parole d’intégrité à offrir. Les religieuses devraient toutes être féministes, des féministes chrétiennes, qui s’engagent à combattre et à résister pour garantir que les femmes, les hommes et les enfants soient tous traités comme des êtres humains’.
(….)